Samedi saint: « Il est descendu aux enfers »

0

Samedi saint: « Il est descendu aux enfers »: Une explication à partir d’un commentaire de Mgr Jean Salomon lézoutchê évêque de Yopougon

Dans le Credo, nous professons que le Christ est descendu aux enfers. Comment comprendre théologiquement cette profession de foi?
M’appuyant sur un cours de l’évêque de Yopougon Monseigneur Jean Salomon Lézoutchê, j’aimerais préciser le sens théologique de cette proclamation de notre foi (cours donné au grand séminaire d’Anyama en 1ere année de théologie).
Le Christ a connu deux descentes. Dieu qu’il est, le Verbe de Dieu, par le mystère de l’incarnation, il a assumé notre humanité, il est devenu vrai homme par la Vierge Marie. Nous trouvons ce premier mouvement descendante dans le prologue de Jean: « Le Verbe s’est fait chair » (Jn 1,14). C’est la première descente.
Le même Christ Dieu et homme, est mort et est descendu aux enfers. C’est la seconde descente. En effet, dans la première descente il prend notre corps pour exprimer sa solidarité totale à l’homme, partager tout ce que l’homme vit excepté évidemment le péché qui n’est pas constitutif de l’être humain puisque Dieu n’a pas créé l’homme avec le péché c’est un choix que nous faisons librement et volontairement depuis Adam.
Mais étant donné que l’homme meurt et descend aux enfers en attendant l’avènement du Fils de l’homme, le Christ vrai Fils de l’homme descend pour être solidaire à tous ceux qui depuis Adam vivent dans le sein d’Abraham. Aussi faut-il noter que s’il ne descendait pas aux enfers, sa résurrection et surtout sa montée au ciel allaient être imparfaites. Comment monter sans descendre en profondeur?
Entre la mort du Christ et la résurrection, nous célébrons la seconde descente. Pour que son incarnation prenne en compte tout ce qui touche à l’homme il va vivre avec tous ceux qui sont morts avant lui.
C’est avec la résurrection du Christ que naîtront les états eschatologiques: paradis, purgatoire et enfer. Comme le souligne l’évêque Salomon Lézoutchê (Spécialiste dans les questions eschatologie au niveau biblique) le terme les Enfers est un mot qui vient de infernus qui signifie inférieur, c’est aussi l’Hadès, Shéol qui désignaient le séjour des morts c’est à dire, là où logeaient tous les défunts, depuis le premier homme jusqu’à l’ascension de notre Seigneur Jésus Christ (Ps 6,5) ». Avant donc la résurrection et la montée du Christ vers son Père « il était inconcevable d’imaginer qu’un homme ait pu avoir accès à la Maison du Père » selon Monseigneur Jean Salomon. Poursuivant sa pensée, il précise que tous les morts avant l’ascension du Christ « descendaient aux Enfers, dans le séjour des morts, et Jésus n’a pas voulu être l’exception ». C’est en ce sens qu’il faut comprendre la seconde solidarité de Jésus avec les hommes ses frères au niveau christologique.

Que retenir?

A partir de la réflexion de Monseigneur Salomon Lézoutchê, nous pouvons déduire avec lui que le samedi saint Jésus est descendu aux enfers pour « prêcher aux esprits en prison » comme l’affirme Pierre (1 P. 3,19).
D’un point de vue christologique je peux affirmer que l’eschatologie chrétienne avec les trois états après la mort, le ciel ou paradis, le purgatoire et l’enfer trouvent leur origine dans la mort du Christ et sa résurrection. C’est pourquoi les enfers n’existent plus dans l’au-delà chrétien puisque après l’évènement pascal, les morts ne séjournent plus aux enfers mais au paradis, au purgatoire ou en enfer. Donc avant Jésus on parlait d’enfers, après la résurrection du Christ il n’est plus question d’enfers.
Avec Jésus une eschatologie nouvelle va naître c’est pourquoi le voile matériel du temple se déchire pour ouvrir le véritable temple de la Jérusalem céleste, le ciel. Et aussi l’au-delà chrétien s’ouvre parce que Jésus a mis fin aux séjours aux enfers, voilà pourquoi avec l’évangéliste Matthieu nous comprenons qu’à la mort du Christ le vendredi, les morts sont sortis des tombeaux (Mt 27,45-54). Le Christ inaugure une nouvelle conception de la vie après la mort. C’est pourquoi nous chantons que Jésus est le premier né d’entre les morts parce qu’il est le premier qui entre au paradis et nous ouvre le ciel. En effet, après la faute d’Adam et Eve, le paradis était fermé à l’homme par Yahvé et surveillés par les chérubins (Gn 3,24).
C’est le Christ fils de Dieu seul qui a ré-ouvert le paradis pour nous. Depuis que Dieu a fermé le paradis par le double mouvement, la descente et la montée, Jésus nous donne de nouveau accès au jardin d’Éden.
Qui peut gravir la montagne et se tenir dans le lieu saint (Ps 24)? Qu’il entre le Roi de gloire? Qui est-ce ce Roi de gloire? C’est le Christ seul qui peut gravir la montagne et se tenir dans le lieu saint,c’est lui qui est l’homme au cœur pur et aux mains innocentes innocent dont parle le psalmiste (Ps 24,4). Voilà pourquoi sans le savoir Pilate dira: « Voici l’homme » (Jn 19,5). C’est aussi le seul qui peut entrer dans la Jérusalem terrestre et la Jérusalem céleste pour nous préparer une place.

Père Marius Hervé Djadji
Docteur en théologie dogmatique

Share.

About Author

Leave A Reply