« Rabbouni, que je retrouve la vue » (Mc 10, 46b-52)

0

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
tandis que Jésus sortait de Jéricho
avec ses disciples et une foule nombreuse,
le fils de Timée, Bartimée, un aveugle qui mendiait,
était assis au bord du chemin.
Quand il entendit que c’était Jésus de Nazareth,
il se mit à crier :
« Fils de David, Jésus, prends pitié de moi ! »
Beaucoup de gens le rabrouaient pour le faire taire,
mais il criait de plus belle :
« Fils de David, prends pitié de moi ! »
Jésus s’arrête et dit :
« Appelez-le. »
On appelle donc l’aveugle, et on lui dit :
« Confiance, lève-toi ;
il t’appelle. »
L’aveugle jeta son manteau,
bondit et courut vers Jésus.
Prenant la parole, Jésus lui dit :
« Que veux-tu que je fasse pour toi ? »
L’aveugle lui dit :
« Rabbouni, que je retrouve la vue ! »
Et Jésus lui dit :
« Va, ta foi t’a sauvé. »
Aussitôt l’homme retrouva la vue,
et il suivait Jésus sur le chemin.

– Acclamons la Parole de Dieu.

=== MEDITONS ===
AVEC SAINT JEAN CHRYSOSTOME
Ta foi t’a sauvé

Ecoutons ces aveugles (cf. Mt 20, 29-34) qui étaient meilleurs que beaucoup de ceux qui voient. Car ils n’avaient personne pour les guider et ils ne pouvaient le voir s’avancer. Il se démenaient cependant pour aller vers lui. Ils se sont mis à crier d’une voix forte ; on les faisait taire, mais ils criaient de plus belle. Telle est l’âme persévérante : les obstacles mêmes la soulèvent.
Et si le Christ permettait qu’on les fasse taire, c’était pour que leur ferveur soit davantage manifestée et que tu saches qu’ils méritaient de profiter de la guérison. C’est pourquoi il ne demandait même pas : « Avez-vous la foi ?  » ce qu’il faisait à beaucoup d’autres, car leurs cris et leurs efforts pour s’approcher suffisaient à rendre leur foi évidente pour tous. Apprends par-là, frère bien-aimé, que nous pouvons être jugés sans valeur et rejetés: si nous allons à Dieu avec ardeur, nous pourrons accomplir par nous-mêmes ce que nous demandons.

Surnommé « le docteur de l’eucharistie  » ou encore « Bouche d’or  », saint Jean Chrysostome (+ 407), archevêque de Constantinople, a laissé son nom à une liturgie de la messe pratiquée encore aujourd’hui par des millions d’Orientaux.

Share.

About Author

Leave A Reply